De | Fr
0
0

S'enregistrer

Panier

Votre panier est vide.

Mes favoris

Votre liste de favoris est vide.

Tags: Randonnée à ski

Haglöfs – Ski & Sail «Wyvern af Aalesund»

NADINE FANKHAUSER, 29.04.2019

Il y a peu de choses que j’apprécie autant que de monter dans un avion un lundi matin et quitter l’ambiance froide et pluvieuse de Zurich. À Ålesund, une ville portuaire de taille moyenne, entièrement reconstruite dans une architecture Art nouveau après un incendie, le soleil printanier de Norvège nous accueille. C’est ici que commence notre « aventure ski & sail » avec Haglöfs, pour laquelle Bächli Sports de Montagne a pu attribuer deux places.

À 19h00, nous larguons les amarres et naviguons en direction du Hjørundfjord. Ce qui rend cet endroit si particulier, ce sont les montagnes qui se dressent dans la mer. S’il y avait plus de neige, on pourrait rejoindre le sommet directement depuis la mer. Il serait alors facile de calculer le dénivelé parcouru.

Pour cette aventure, l’équipe se compose de Pierre et Julien, deux photographes et vidéographes français, de Lukas, un géographe allemand, de Laura, une influenceuse outdoor de Garmisch, de Hauke et Dorien, un couple de Hollandais, de Markus, un graphiste, photographe et adepte d’outdoor suisse, et de moi-même, Nadine. Thomas, le jeune capitaine norvégien et Anders, un grand Suédois avec de longs cheveux blonds qui travaille chez Haglöfs, sont déjà sur place.

Le voyage ne commence pas sous les meilleurs auspices – du moins pour Anders, Thomas et moi – car mes bagages ne sont pas encore arrivés. La question que nous nous posons tous est la suivante : comment la compagnie aérienne peut-elle envoyer des skis sur un bateau à voile qui a déjà levé l’ancre ? Quelques heures plus tard, notre bateau s’engage dans une baie sombre à 11h du soir. Quelque chose se met soudain à bouger sous l’unique lampadaire : un homme descend d’une voiture, sort un long sac noir du coffre et s’avance lentement vers l’appontement. Comme dans un film de James Bond, notre voilier à deux mâts de 24 mètres de long s’approche de la rive jusqu’à ce que nous soyons suffisamment proches pour que l’immense sac puisse être jeté sur le bateau. Par chance, mon équipement de ski a pu être livré avant le premier jour de randonnée.

Première halte : Trandal

Le mardi, nous nous réveillons à Trandal, une petite localité d’à peine dix habitants. Un point de départ passionnant pour les randonneurs à ski tels que nous et pour les touristes, car la balançoire avec vue sur les montagnes a gagné en popularité dans les médias sociaux ces dernières années. Après le déjeuner, composé notamment du fameux « brunost », un fromage de petit-lait norvégien qui a la consistance d’un morceau de plastique sableux pour la Suissesse que je suis, nous faisons la connaissance de nos guides : Gustaf et David, deux jeunes Suédois sympathiques. Comme les dernières chutes de neige remontent à deux semaines, la limite de la neige se situe à environ 300 mètres au-dessus de la mer.

Pour notre premier jour, nous commençons doucement. Un homme sympathique nous emmène avec sa remorque à la limite de la neige. Peu après le départ de la randonnée, nous faisons un exercice classique de recherche et de sauvetage. Ensuite, nous poursuivons sur un dos entre Tårnet et Storvasstinden. La vue, splendide, s’étend jusqu’à Ålesund ! La descente est fantastique et nous offre tout ce que l’on peut attendre de la Norvège. Une neige de printemps parfaitement revenue avec vue sur le fjord et les Alpes de Sunnmøre. En chemin, nous faisons une petite pause. En Norvège, la coutume veut que l’on savoure une orange sur un banc en neige. Une bonne alternative au schnaps du sommet.

De retour au bateau, quelques membres de notre groupe osent se jeter dans l’eau froide du fjord. Après un moment de détente au soleil, nous dégustons un « Bacalao », un plat de poisson typique de la Norvège avec du concentré de tomates, des pommes de terre et de la morue. Bon repas, discussions passionnantes, coucher de soleil – que demander de plus ?

Le deuxième jour, nous partons du même point de départ. Mais notre destination est différente. Aujourd’hui, nous gravissons notre premier sommet : le Blåbretinden. Culminant à 1476 mètres, il offre une vue magnifique sur les montagnes, les fjords et la mer. De retour en plaine, nous attendons le taxi qui doit nous ramener au bateau. Pendant ce temps, certains profitent d’un bain dans la neige en fusion qui se précipite dans les fjords, tandis que d’autres se posent dans l’herbe en prenant un bain de soleil.

De Trandal à Urke

Avant le souper, nous naviguons jusqu’à Urke, un village au bord du Norangsfjord, un bras du Hjørundfjord. De là, nous partons le jeudi pour notre plus longue mission. La destination est le Kvitegga, la plus haute montagne des Alpes de Sunnmøre, qui culmine à 1717 m. Tout commence avec une montée en forêt le long d’un torrent. D’abord à pied, puis sur les skis. Ceux qui ne connaissaient pas encore les conversions les découvrent ici. Après une montée raide et chaude dans un premier temps, la montagne devient de plus en plus plate et le vent forcit. On a presque l’impression de se trouver sur une expédition dans l’Arctique où il faut lutter contre le vent. Nous ne nous attardons donc pas trop au sommet, duquel nous avons vue sur la mer. L’itinéraire de descente est aussi changeant que le temps – de la glace à une parfaite neige gros sel en passant par de la neige soufflée. Malgré un petit incident durant lequel Dorien perd un ski dans une gueule de baleine, tous parviennent sains et saufs en bas, à pied ou sur des skis. Sur le trajet du retour, nous nous arrêtons à l’Union Hotel à Øye, dans lequel beaucoup de personnes célèbres et de familles royales séjournent depuis 1891. On murmure qu’il abriterait même des fantômes.

D’Urke à Sæbø

Le quatrième jour, nous nous réveillons à Sæbø, au bord du Radfjord. Il s’agit du plus grand village que nous voyons cette semaine. Nous ne sommes de loin pas les seuls touristes. Étant donné que les chrétiens sont encore très nombreux en Norvège, la période de Pâques est très importante ici. Le port a atteint sa capacité maximale avec ses 20 bateaux à moteur et voiliers. Sur l’appontement, on fait des grillades et des enfants courent partout – l’ambiance est à la fête. Le beau temps est aussi au rendez-vous. Le vendredi est l’un des jours les plus chauds. « This would be a perfect summer day for us », nous confirme Gustaf. Malheureusement, la nuit est trop chaude. En randonnée, notre groupe composé de 12 membres doit rapidement rebrousser chemin. La neige est trop molle et le danger de déclencher une avalanche de neige mouillée trop élevé. Sur le trajet du retour en direction du village, nous croisons des Norvégiens qui randonnent pratiquement en sous-vêtements. C’est une tradition ici pour les randonneurs et randonneurs à ski.

Il semble que ce voyage ne soit pas uniquement une excursion de ski de randonnée, mais également une expérience culturelle. Le capitaine norvégien et les guides suédois font tout leur possible pour nous faire vivre la « norsk erfaring » (expérience nordique). Comme nous sommes de retour sur le bateau peu après midi, nous profitons du sauna du port, duquel nous pouvons directement sauter dans l’eau salée fraîche, comme les Norvégiens ont coutume de le faire. Lors du souper, nous apprenons que la montagne constitue aussi une agence matrimonial. Différents bonnets, différentes significations. Un bonnet rouge signifie « marié-e », un bonnet jaune signifie « situation compliquée », tandis qu’un bonnet vert montre que l’on est encore libre.

Sprint final et adieux

Nous effectuons notre dernière randonnée en un clin d’œil. Nous faisons une seule pause sur le Skårasalen (1542 m) pour la vue. Celle-ci est une nouvelle fois majestueuse. Après s’être inscrits dans le livre d’or, nous nous préparons pour notre dernière descente. Dans la partie inférieure, le plaisir tout comme la prudence sont de mise : des arbustes qui laissent place à des arbres, une neige gros sel qui se fait toujours plus rare, des pierres et des racines qui rendent notre progression difficile ainsi qu’un lit de rivière partiellement recouvert. Cette semaine a été une incroyable aventure ! Les étrangers sont devenus des amis et nous avons l’impression d’être ensemble depuis des mois. De telles aventures soudent les êtres et de tels souvenirs restent en mémoire pour toujours.

Notre capitaine et nos deux guides prétendent que les fraises norvégiennes sont les meilleures du monde. Une seule solution pour tirer ça au clair : se rendre entre juin et août dans les Alpes de Sunnmøre pour cueillir des fraises ! Sans oublier de porter un bonnet de la bonne couleur !

Photos:

Commentaires

Écrire un commentaire

Pour pouvoir laisser un commentaire, vous devez vous connecter avec votre nom d'utilisateur et votre mot de passe.

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter. Elle vous informe sur les nouveaux produits, les offres spéciales, les évènements Bächli et les manifestations.

Il est possible de se désabonner à tout moment.

VOS AVANTAGES

DROIT D'ÉCHANGE

Durant les 3 semaines suivant l’achat, pour les articles issus des magasins principaux.

RETRAIT EN MAGASIN

Commander en ligne et retirer dans un magasin.

DROIT DE RETOUR

Dans un intervalle de 5 jours dans un de nos magasins ou par colis postal.

GARANTIE DE QUALITÉ

Nous assurons une garantie de base de deux ans sur tous les produits.

PRIX NETS

En règle générale de 5 à 15% inférieurs aux prix catalogue des fournisseurs.

ACHATS SÉCURISÉS

Connexion SSL sécurisée, aucune donnée de cartes de crédit n’est enregistrée.

LOCATION

Vaste choix de matériel de location de qualité dans chaque magasin.

ENVOI GRATUIT

Les commandes réalisées depuis votre compte Bächli sont expédiées gratuitement par colis postal économique.

Catégories

Contact

Bächli Bergsport AG
Gewerbestrasse 12
8606 Nänikon

info@baechli-bergsport.ch

Tél. +41 44 826 76 76
Fax +41 44 826 76 86