DE | FR | IT
  1. Actualité
  2.  > 
  3. Blog

Icebreaker : nouveaux projets en matière de durabilité

Nora Scheel, jeudi, 02. juillet 2020

Icebreaker progresse dans le domaine de la durabilité. Avec le projet « The Vortex Swim », la marque souhaite attirer l’attention sur le microplastique. Avec la collection « Nature Dye », elle présente en même temps une méthode de coloration naturelle qui consomme 80% moins d’eau.

Icebreaker progresse dans le domaine de la durabilité. Avec le projet « The Vortex Swim », la marque souhaite attirer l’attention sur le microplastique. Avec la collection « Nature Dye », elle présente en même temps une méthode de coloration naturelle qui consomme 80 % moins d’eau. 

La marque néo-zélandaise Icebreaker mise sur la laine mérinos depuis sa création, soit depuis 24 ans. Cette année, son assortiment se compose à 84 % de matières naturelles – un pourcentage que l’on ne retrouve chez aucune autre marque outdoor. Icebreaker souhaite intégralement remplacer ou réutiliser les tissus synthétiques d’ici à 2023.

Nager contre le microplastique

Avec son projet « The Vortex Swim », Icebreaker attire l’attention sur le problème du microplatique dans nos mers. Il s’agit de petites particules de plastique d’un diamètre inférieur à 5 millimètres. Ces particules flottent dans nos mers et ont trouvé l’accès à notre chaîne alimentaire par le biais des poissons. Ce que nombre de gens ignorent : jusqu’à 35 % du microplastique sont issus des fibres textiles synthétiques qui se détachent lorsque nous lavons nos vêtements. Jusqu’à 700 000 fibres peuvent se détacher lors d’un seul cycle de lavage.

Dans le cadre du projet « The Vortex Swim », le nageur longue distance Ben Lecomte devra nager durant trois mois de Hawaii à la Californie. L’itinéraire le fera traverser le vortex de déchets du Pacifique nord, une énorme masse d’ordures située au milieu de l’océan Pacifique, qui présente la plus forte concentration de plastique de mer du monde (vortex signifie tourbillon). Lecompte est accompagné par un voilier, dont l’équipage se compose notamment de scientifiques qui prélèvent régulièrement des échantillons dans l’eau afin d’étudier la pollution microplastique. Il s’agit du premier projet de recherche qui fournira des échantillons complets, homogènes et d’une qualité optimale. Lecomte a commencé en juin et se trouve actuellement sur le bord extérieur du vortex de déchets du Pacifique nord . Il est possible de suivre son voyage via un tracker live  et des articles de blog quotidiens.


Coloration sans produits chimiques et avec une consommation d’eau réduite

Outre « The Vortex Swim », Icebreaker présente un autre projet en matière de durabilité. Pour sa nouvelle collection « Nature Dye », la marque utilise exclusivement des colorants naturels et renonce à l’utilisation de produits chimiques. Ces colorants sont notamment issus de la pomme de chêne, du prunier-cerise ou des feuilles du pastel des teinturiers. Cette méthode de coloration se base donc sur des matières premières renouvelables et renonce à l’utilisation de substances toxiques.

La méthode « Nature Dye » permet en outre de réduire la consommation d’eau. Pour teindre la collection, on a utilisé 80 % moins d’eau que pour les procédés de teinture classiques. Pour un t-shirt, un seul verre d’eau est nécessaire. Comme pour tous les autres vêtements d’Icebreaker, les eaux usées ont naturellement été recueillies et recyclées.

En Europe, la collection n’arrivera pas avant l’été 2020 sur le marché – nous sommes d’autant plus impatients de la découvrir ! 


Vous trouverez de plus amples informations sur les efforts fournis par Icebreaker en matière de durabilité ici

Contenu approprié

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaires sur cet article.

Ecrire un commentaire